Rassegna storica del Risorgimento

ERRERA GIACOMO
anno <1986>   pagina <275>
immagine non disponibile

Jacques Errerà, banquier
275
Jules Urbana qui se révèlera un des grands entrepreneurs de Ja vie économique belge du dernier quart du XIXC siècle. Un des traits caracté-ristiques de Jules Urban esl d'avoir été panni les premiere à comprendre tout le profit qu'il y aurail à doter les villes de transports en commun qui ne soient plus des omnibus. Après la fondation de la Banque de Bruxelles en 1871, Errerà tout en montant des affaires bancaires qui se révèleront autant d'entreprises le plus souvent fictives destinées uniquement à fournir du papier susceptible d'étre engagé en nantissements, poursuit plusieurs projets sérieux et novateurs, parmi lesquels les transports urbains qui seront gérés par la Société Generale de Tramways fondée à Bruxelles en 1874.50)
Parmi les affaires mises sur pied par cette société, deux concernent l'Italie, à savoir les Tramways de Turin et les Tramways Napolitains.
Les Tramways de Turin, constitués en société anonyme en 1879, appar-tenaient en propre à la Société Generale de Tramways depuis 1874; elle-mème profitant d'un contrat passe en aoùt de la méme année entre la Banque de Bruxelles et le concessionnaire primitif, l'ingénieur Saverio Ave-nati de Turin.51)
Les Tramways Napolitains furent constitués en société anonyme le 13 juillet 1875 sous le control e de la Société Generale de Tramways mais
50 raillions de francs par un groupe compose essentiellement d'amis de Jacques Errerà du coté belge, de banquiers hollandais, de l'Anglais Samuel Montagu et, surtout, du groupe des Allemands , c'est-à-dire de la Mitteldcutsche Credìtbank de Francfort dont Jules May beau-frère d'Errerà puisqu'il avait épousé Fanny Oppenheim, soeur de Marie était une des chevilles ouvrières en compagnie des frères Sulzbach (firme GebrQder Sulzbach), eux-mèmes fortement impliqués à l'epoque dans la Banca Italo-Germanica et ses fUiales entre décembre 1871 et janvier 1874. Victime de la crise et de I'utilisation abusive de ses titres par Jacques Errerà, la Banque de Bruxelles fut dissoute en 1877 et immédiatement reconstitués. Mais elle perdait ses concours internationaux et demeura une institution bancaire relativement modeste jusqu'aux années qui précédèrent immédiatement le premier conflit mondisi.
> Jules Urban (Namur, 4.02.1826-Nice, 10.03.1901) entreprit d'abord une carrière militaire (1844-1855, voir Musée Royal de l'Armée et d'Histoire Militaire, registre de la matricule, n 5038) avant de se consacrer aux entreprises ferrovisires, devenant directeur general du Grand Central Belge jusqu'à son rachat par l'Etat en 1897 (voir L. WIENER, Le Grand Central Belge, dans Le Rail, 15.09.1939, pp. 6 et sv.). Urban joua aussi un ròje ttè-s important dans les affaires coloniales (voir Biographie Coloniale Belge, t. Ili, col. 865-866).
50} Constituée à Bruxelles le 14 aout 1874 au capital de six millions de francs par la Banque de Bruxelles, Jacques Errerà et ses amis, de méme que par la Banque de Commerce et d'Industrie au sein de laquelle Ernest Urban, frère de Jules, était très actif. En 1875, cette banque connut des difficullés et se désaìsit de sa participation au profit de la Banque de Paris et des Pays-Bas. Entre sa fondation et sa fusion, en 1882, avec la Société Generale des Chemins de Per Economiques, la Generale de Tramways créa ou reprit les réseaux de Naples, Turin, Trieste, et Barmen-Eberfeld, et obtint les conccssions de Florence (tramways) et Bari-Barletta (chemin de fer à voie étrolte).
SÌ) papiers Errerà, contrat Xavier Avenatl et Banque de Bruxelles, Bruxelles, 18.08,1874, et conventions entre la ville de Turin et la Société Generale de Tramways des 2 et 5 octobre 1874.